La Commune

Un article de Le petit narbonnais.

Sommaire

[modifier] Narbonne l’insurrectionnelle

  • En 1871, à la suite de l’insurrection parisienne du 18 mars, Narbonne est l’une des sept villes françaises à organiser un mouvement communard de grande ampleur dont Emile Digeon sera le principal leader.
  • Le 12 mars 1871, Emile Digeon, journaliste et révolutionnaire, proscrit 20 ans plus tôt pour sa fougue républicaine, harangue les 2000 personnes réunies au club de la Révolution : "Ouvriers, travailleurs de Narbonne, répandez-vous dans les campagnes; allez dire aux paysans que leurs intérêts sont les mêmes que les vôtres, que la révolution dont on leur fait peur n'est que l'émancipation de ceux que la misère courbe sous le joug des riches et des intrigants?
  • Dites-leur que la Révolution c'est la paix par l'abolition des armées permanentes: c'est la suppression de l'impôt pour le petit propriétaire et pour le journalier qui n'a que ses bras....
  • Soulèvement D'Émile Digeon et de Baptiste LIMOUZY

[modifier] La commune règne sur la Ville

  • Le lendemain le 52 ème régiment d'infanterie posté à proximité de la mairie mettent la crosse en l'air en criant "Vive la commune" et se laissent désarmer par la foule.
  • Le drapeau rouge a gagné toute la ville ...
  • Digeon est isolé à la tête de ces 550 hommes alors que la compagnie d'artilleurs algériens, surnommés les turcos marchent sur la Ville.

[modifier] Les communards capitulent le 31 mars

  • Des barricades se dressent, rapidement abandonnées sous la pressions des turcos. Les insurgés se retranchent dans l'Hôtel de Ville. Le Général Zentz commandant à Narbonne les forces du gouvernement de Versailles menace par voie d'affiche de faire bombarder l'édifice.
  • Les communards capitulent le 31 mars.

[modifier] Autres liens