Louis MADAULE

Un article de Le petit narbonnais.


Sommaire

[modifier] Louis Madaule

  • Électricien narbonnais a été maire socialiste de Narbonne de 1948 à 1958.
  • Madaule était un homme de bonne chair, il était capable de manger une baguette de pain et une petite tablette de beurre avant d'attaquer le repas
  • Dès sa jeunesse milite à la SFIO, et devient membre du Grand Orient de France.
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est résistant et en 1944, il est membre du Comité local de libération de Narbonne. En 1945 il est adjoint au maire de Marius LACROIX.
  • En 1948, Louis Madaule est élu maire, SFIO, de Narbonne en remplacement d' Emile ROUX, sénateur maire de l'Aude.
  • Louis Madaule, contesté par des socialistes membres du Conseil municipal de Narbonne, donne sa démission en juillet 1958.
  • Désormais Louis Madaule se consacre entièrement à son entreprise électrique et à la Présidence de la Caisse d'Épargne de Narbonne qui connaît dès lors une grande expansion.
  • Louis Madaule laisse le souvenir d'un maire bâtisseur comme Maitre Hubert MOULY mais surtout comme celui qui a créé la station de Narbonne-Plage.
  • Il faisait partie de la Franc-Maçonnerie

[modifier] Pour la Saint Louis

[modifier] Rendez-vous annuel

  • Organisée par l'association "Souvenir Louis Madaule",présidé par Robert Amouroux, ancien Secrétaire Général de la Mairie de Narbonne sous les mandats de Louis Madaule et Francis VALS.
Buste en Bronze du sculpteur Olivier Delobel
Buste en Bronze du sculpteur Olivier Delobel
  • "Robert Amouroux, évoqua en quelques mots à la fois l'œuvre de l'ancien maire et les fondements de la station touristique avec la route, la digue, l'aménagement en îlots, les lotissements avec un prix d'achat à l'époque de 1 franc le mètre carré. Louis Madaule, socialiste humaniste, avait pour devise "Aller à l'idéal pour comprendre le réel" comme l'avait écrit avant lui Jean Jaurès.
  • Avec son aspect visionnaire, il voulait donner du rêve et offrir des vacances au plus grand nombre et aux plus démunis en particulier."
  • Extrait de L'Indépendant du 30 Août 2010.

[modifier] Scène de la vie Municipale à Narbonne (1958-1971)

[modifier] Lendemain de la libération

  • Il faut remettre en mémoire ou, à l'intention des plus jeunes, l'état en lequel se trouvait la ville au lendemain de la libération.
  • Son anneau de boulevards à la chaussée; ses réseaux d'eau, de gaz et d'électricité anciens et mal entretenus, d'interminables palissades de planches dont disjointes et de hauteur irrégulière tout autour du Palais du Travail dont seul le gros œuvres était à peu près terminé ; d'autres clôtures face à la sous-préfecture délimitant tant bien que mal les terrains où devaient s'édifier Le Palais de Justice et l'Hôtel de Police; des casemades et des fortins en bétons édifiés par les Allemands à tous les poinisets de la cité: en plein cœur de ville ,entre La Robine et la rue Jean Jaurès, l'énorme bâtisse de l'ancien Moulin Entre-deux Villes , refuge de rats et de clochards etc..Sur tout cela, six mois par an des myriades et des myriades de moustiques...



[modifier] Treize ans après à la fin de 1957

Lorsque le règne municipal de Louis Madaule commence à chanceler, le moulin était devenu une Bibliothèque Municipale, les boulevards avaient pris un aspect quasiment actuel, mis à part le nombre de voitures. la réfection du réseau était largement entamée et la fréquence des pannes réduites. La démoustication urbaine, entreprise strictement municipale était une réussite sauf sur quelques périphéries très exposées. Au Palais du Travail la piscine, le gymnase, la Bourse avaient été achevés.

  • Maintes écoles maternelles ou primaires neuves accueillaient les enfants, notamment dans les quartiers qui avaient poussé sur un bon rythme: Egassiairal, Convention, Razimbaud, Saint Salvayre.

Jules Ferry, Cité technique portant le nom aujourd'hui de Lycée Gustave Eiffel, allaient s'ouvrir en septembre 59. Au plan social avaient créées de toutes pièces la Cité Sociales de la rue Benjamin Crémieux,les colonies de vacances de Narbonne Plage et du Picou.Et surtout le projet de Narbonne Plage qui était la passion de Louis Madaule.. trente ans après on admis qu'il fut précurseur de l'aménagement du littoral de la Côtes des Roses."