Usine de soufre de Malvézy

Un article de Le petit narbonnais.

Sommaire

[modifier] Origine du Nom

  • "Le nom de cet ancien domaine viticole touchant les terre de Montlaures dans le terroir de Narbonne.Notre ancien confrère P. Thiers a cru pouvoir tirer de ce nom, où il voyais je ne sais quel Malis vicinis de l'antiquité, quelques chimériques dans sa note sur Montlaures et les Ibères.
  • Je vois simplement dans ce nom actuel le domaine rural celui d'un homme, d'un ancien propriétaire, qui aura tiré son appellation patronymique du lieu d'où il était originaire et avait émigré jadis.
  • Pour entrevoir que Malvezy zqt très propablement un simple nom d'homme, il suffit de remarquer la forme francisée de Mauvezin, qui n'est autre que l'appellation romane de Mauvezy = Malvezy, qui se rencontre dans huit localités ou villages de notre midi." Henri Rouzaudextrait de ses Petites Notes.


[modifier] Le gisement de soufre de Malvézy

  • Se situe sur la route de Moussan à Narbonne, a été signalée en 1828, lors du creusement d'un puits.

[modifier] Année 1930

  • Sa redécouverte en 1930 au cours de prospections pétrolières est à l'origine du principal pôle d'industrie chimique du département.

[modifier] Année 1935

  • La SA des Mines de Soufre de Malvézy en commence l'exploitation en 1935 au moyen d'un puits de 120 m. Le soufre produit est destiné à un usage agricole, car riche en argile, il est naturellement mouillable et peut être facilement mis en suspension dans l'eau.
  • L'inventeur de cette exploitation se nomme Courrière, géologue amateur.

[modifier] Année 1941

  • La production ne parvient pas à décoller et en 1941, la Société Languedocienne de Recherches et d'Exploitations Minières regroupant cinq grandes entreprises de mines et de chimie agricole est substituée à la SMSM .
  • Une carrière remplace la mine et une nouvelle usine est inaugurée en 1946.

[modifier] Année 1950

  • C'est le premier centre de production français, bien situé au coeur de la première région utilisatrice, le vignoble du Languedoc, mais l'extraction cesse en 1953.

[modifier] Année 1960

  • L'usine fonctionne avec du soufre importé jusqu'en 1960 avant de devenir la Société Languedocienne Micron Couleur qui maintient la tradition chimique.
    Sources : L'Inventaire - Le Patrimoine Industriel de l'Aude

[modifier] Les années 2000

  • Malgré une restructuration en 2002-2004, l’entreprise reste déficitaire, sans perspective d’amélioration, dans ses deux activités : fabrication de pigments de cadmium (jaunes, rouges) et négoce de pigments de phtalocyanine (bleus).
  • Dans ces circonstances difficiles, la SLMC, qui fait partie du groupe Total sera aménéé vers une cessation d’activité en 2008.