Les mystères entourant la construction de Narbonne

La ville de Narbonne est riche en histoire et en patrimoine. Les origines de cette cité remontent à l’Antiquité, mais qui a réellement construit Narbonne ? Dans cet article, nous allons explorer les différentes hypothèses et les étapes clés de la création de cette ville du sud de la France.

La fondation de Narbonne par les Celtes

Selon certaines sources historiques, les premiers habitants de Narbonne seraient les Celtes. Ces derniers auraient établi un site commercial dans la région, profitant de la proximité avec le fleuve Aude et le littoral méditerranéen. En effet, l’emplacement de la ville offrait des conditions idéales pour le développement d’un port, favorisant les échanges commerciaux entre les peuples celtes et les autres civilisations méditerranéennes telles que les Grecs ou les Romains.

L’influence romaine sur la construction de Narbonne

Toutefois, il convient de noter que c’est véritablement sous l’égide de l’Empire romain que Narbonne connaît son essor. En 118 avant J.-C., les Romains s’emparent de la cité et lui donnent le nom de « Narbo Martius ». Ils entreprennent alors une vaste campagne de construction visant à transformer la ville en un véritable centre urbain.

La Via Domitia et le développement du réseau routier

Sous l’impulsion des Romains, Narbonne devient un carrefour stratégique au sein de la province de Gaule. La construction de la Via Domitia, première voie romaine en Gaule, relie la ville à Rome et permet ainsi d’assurer les liaisons entre l’Italie, la péninsule Ibérique et les autres provinces de l’Empire. Les infrastructures routières contribuent grandement à l’affirmation de Narbonne en tant que centre économique et politique.

LIRE :  Les Barques : Une mémoire de promenades et d'histoire narbonnaise

Les monuments et édifices publics romains

Outre la Via Domitia, les Romains vont également ériger de nombreux monuments et édifices publics à Narbonne. Parmi eux, on peut citer :

  • Le forum, centre névralgique de la vie publique et politique de la ville ;
  • Les thermes, lieux de détente et de socialisation ;
  • Le théâtre, destiné à accueillir spectacles et représentations ;
  • Les temples dédiés aux divinités romaines;
  • Les maisons patriciennes, témoignant de la richesse de la société narbonnaise.

Ces constructions illustrent bien la volonté romaine d’imposer leur modèle urbanistique et de diffuser leur culture au sein des territoires conquis.

La période wisigothique et la christianisation de Narbonne

Au Ve siècle, les Wisigoths envahissent la Gaule et s’installent à Narbonne. Ils vont alors apporter leur pierre à l’édifice en matière de construction, notamment en ce qui concerne les édifices religieux.

La naissance de l’évêché et la construction de la cathédrale

Sous l’autorité des Wisigoths, Narbonne devient un centre chrétien majeur en Gaule. La ville est dotée d’un évêché, étape essentielle dans la christianisation du territoire. C’est également sous cette période que débute la construction de la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur, véritable chef-d’œuvre architectural dont la nef gothique est aujourd’hui encore admirée par de nombreux visiteurs.

L’invasion arabe et les influences architecturales orientales

Au VIIIe siècle, les Arabes envahissent la péninsule Ibérique et gagnent progressivement du terrain en Gaule. Ils occupent brièvement Narbonne entre 719 et 759, laissant quelques traces de leur passage sur le plan architectural.

Les remparts et la défense de la cité

Pour protéger la ville contre les attaques ennemies, les Arabes vont renforcer le système défensif de Narbonne en construisant de nouveaux remparts. Le tracé de ces fortifications va perdurer jusqu’à l’époque moderne, influençant ainsi durablement l’aménagement urbain de la cité.

LIRE :  Émile Stanislas Digeon : Un Homme Politique et Militant Révolutionnaire

Au fil des siècles, Narbonne a été façonnée par différentes civilisations. Chacune d’entre elles a apporté ses propres techniques et savoir-faire en matière de construction. Ainsi, la ville que nous connaissons aujourd’hui est le fruit d’une histoire riche et mouvementée, qui continue de susciter l’intérêt des chercheurs et des passionnés d’architecture.